Le recyclage des textiles : impacts positifs et limites

La filière du textile et de l’habillement est un des piliers de l’économie européenne. Son chiffre d’affaires s’élevait à 162 milliards d’euros en 2019, avec près de 160 000 entreprises dans le secteur. [1] En termes de consommation, 100 milliards de vêtements sont vendus chaque année dans le monde [2]. Cette consommation excessive représente en Union Européenne la quatrième principale source d’impact sur l’environnement. Et chaque année, 11 kilogrammes de matières textiles sont jetés par personne en Europe [3] dont une petite partie seulement aujourd’hui peut être recyclée.
Découvrons justement ce qu’est le recyclage des textiles, ses impacts et ses limites.

 

Qu’est-ce que le recyclage des textiles ?

Le recyclage des textiles consiste à récupérer/collecter des textiles usagés pour les transformer en matière première prête à l’emploi.

En théorie les textiles usagés composés d’une seule matière (100% coton, 100% polyester etc.) peuvent être réutilisés pour la fabrication de nouveaux textiles (recyclage en boucle fermée). Cependant, moins de 1% des tissus qui composent nos vêtements sont recyclés pour en faire de nouveaux, [4] alors que le potentiel est réel : le recyclage en boucle fermée pourrait représenter 18 à 26 % des déchets textiles bruts en 2030 ! [5]

Ainsi une grande majorité des textiles recyclés sont utilisés à d’autres fins (recyclage en boucle ouverte). Ils sont destinés à entrer dans la composition d’une nouvelle matière, comme  par exemple, des isolants pour les bâtiments ou pour les véhicules [6].

Les impacts positifs du recyclage des textiles

Le recyclage des textiles contribue à réduire le nombre de vêtements mis en décharge. Cette tendance positive doit être accélérée en France grâce à la loi Anti-Gaspillage pour une Économie Circulaire.

Et le potentiel est énorme. Sur 715 000 tonnes de textile, linge de maison et chaussures mis sur le marché en France en 2021, seules 244 500 tonnes sont collectées et 190 000 tonnes effectivement triées. [7]

Ces textiles sont destinés à la réutilisation (58%), au recyclage (33%) et à la valorisation énergétique sous forme de combustible solide (9%). [8]

Le recyclage permet aussi de :

  • Réduire la consommation de matières premièresla production de nouvelles fibres et la pollution associée (production du produit, transport).
  • Diminuer la consommation d’eau. La production de matières textiles entraîne un énorme gaspillage d’eau (comme le jean par exemple). Le recyclage des textiles permet d’économiser l’eau et limite également sa pollution.
  • Réduire l’empreinte carbone. Les émissions de gaz à effet de serre associées à l’énergie nécessaire  à la fabrication des matières premières vierges ont un impact négatif sur l’atmosphère et contribuent au réchauffement climatique. Le recyclage des textiles profite donc à l’ensemble de la planète.
  • Promouvoir une industrie de la mode plus durable. La réalisation des  matières textiles vierges nécessitent d’importants processus chimiques. Nous pouvons en éviter beaucoup avec le recyclage.

Les limites du recyclage des textiles

Comme déjà vu, des milliers de tonnes de vêtements sont récupérées chaque année. C’est notamment le cas de H&M, qui selon The Guardian, a récolté 1 000 tonnes de vêtements en 2016 dans le cadre de la semaine mondiale du recyclage, l’équivalent de ce que la marque  commercialise en 48h. Cependant, compte tenu des capacités de recyclage du marché, il faudrait 12 ans à H&M pour utiliser les tonnes de vêtements récoltés. [9] En effet, le recyclage a ses limites financières et technologiques !

Premièrement, le recyclage des textiles est exigeant. Le recyclage d’un vêtement est délicat, car ce vêtement peut être constitué de différentes matières (coton, polyester…). Il peut aussi intégrer des pièces métalliques, comme le jean avec sa fermeture éclair, ses boutons et rivets. Les vêtements doivent donc être triés et prétraités. [10] Cette complexité ne simplifie pas la tâche.

De plus, dans le cadre d’un recyclage en boucle fermée, le processus est difficile et perfectible. Il nécessite, dans le cas des matières naturelles végétales en particulier, l’apport de matière vierge. Par exemple, le coton recyclé doit être mélangé à des fibres vierges à hauteur de 40% à minima pour garantir la résistance mécanique du produit.

A noter qu’il  existe deux types de recyclage :

  • Le recyclage mécanique (broyage, effilochage, découpage, défibrage…)
  • Le recyclage chimique (dissolution chimique)

Ce dernier est bien sûr plus polluant à court terme, avec plus de gaz à effet de serre et de chimie. En revanche, il permettrait un recyclage théorique à l’infini avec une fibre recyclée de même nature que la fibre vierge. Il pourrait donc devenir intéressant dans une perspective de long terme. Affaire à suivre.

Vers plus de durabilité

Même si le recyclage offre des perspectives intéressantes pour notre filière, il n’en reste pas moins plus impactant que de conserver son vêtement dans la durée. Cela signifie pour les entreprises, d’une part, de produire des vêtements de qualité qui peuvent durer dans le temps et pour les consommateurs, d’autre part, de changer leur comportement d’achat vers une consommation plus responsable et durable.

En conclusion, pour un recyclage efficace, une perspective de cycle de vie est nécessaire pour les entreprises, pour intégrer dès la conception, des tissus et des modèles qui peuvent être entièrement et facilement recyclés, en fin de vie. Il convient également de bien évaluer les options de recyclage (taux de recyclage, coût associés, boucle ouverte versus boucle fermée…)  afin de recycler aussi efficacement que possible. Enfin, même si le recyclage est  une des solutions pour  réduire l’impact environnemental de notre filière, il ne résout pas les 2 problématiques majeures de notre industrie que sont la surproduction et la surconsommation.

 

Références

[1][3] Vie Publique, UE : quelle stratégie pour une industrie textile durable d’ici à 2030 ? 12 avril 2022
[2] ADEME, La mode sans dessus-dessous, juin 2018
[4][6] Zero Waste France, que deviennent les vêtements que l’on jette ? 29 novembre 2021
[5][10] Rapport McKinsey, Scaling textile recycling in Europe—turning waste into value, 14 juillet 2022
[7][8] Écologie Gouv, produits textiles « TLC », 30 novembre 2022
[9] Paris Good Fashion, Industrie de la mode : les effets (très) limités du recyclage des textiles, 14 septembre 2020

 

Sommaire

Recevez chaque mois les actualités à ne pas manquer

You have Successfully Subscribed!

Essayez sans engagement

Offre Découvrir

Nous vous remercions pour votre demande et nous vous contactons dans les meilleurs délais pour finaliser votre inscription.

Share This
X