Who’s Next Septembre 2022 : récapitulatif des conférences et tables rondes les plus marquantes

Le mois de septembre est synonyme de nombreux salons dédiés à la Mode. Et comme chaque année depuis ses débuts, et ce deux fois par an, l’équipe PANDO s’est donnée rendez-vous au salon Who’s Next qui se déroulait Porte de Versailles, plus précisément à l’espace IMPACT dédié aux marques et solutions engagées ! Ce salon fût rythmé par de nombreuses conférences et tables rondes, de plus en plus axées sur l’éco-responsabilité, le bien-être animal et la communication responsable. PANDO a d’ailleurs animé une conférence que nous vous proposons de revoir : loi AGEC, les dernières obligations à anticiper dès maintenant pour les metteurs sur le marché français.


Voici un retour synthétique sur les conférences qui nous ont marqués.

 

  • Table ronde « les solutions digitales dans la mode », ce que l’on doit retenir :

Depuis le covid, la conscience environnementale s’est accélérée. Il a été rappelé que l’on porte seulement 30% des vêtements de notre dressing. La créatrice de l’application Vera, veille à y remédier en développant une intelligence qui nous aide à utiliser plus de vêtements dans notre dressing plutôt que d’en acheter de nouveaux. L’objectif de l’application est d’utiliser au moins 70% de nos vêtements.

D’autres solutions digitales ont été abordées telles que le live shopping, nouveau phénomène sur lequel surfent les entreprises depuis la pandémie, comme l’entreprise Get the Trend, sur le principe du prescripteur/vendeur.

Il y a une recherche d’authenticité et de recommandation sincère de la part des consommateurs. Pour répondre à ces besoins de recommandation, les vendeurs sont donc les consommateurs. On considère que 67% des internautes se disent séduit par le shopping live. Est-ce la fin de l’expérience physique ? Non. Il y a une recherche constante de nouveaux outils digitaux, en parallèle d’une prise de conscience avec désormais une recherche basée plus sur la qualité que la quantité. 

 

  • Toujours dans le thème du digital, la conférence « les do and don’t de la communication responsable » a soulevé notre intérêt. 

Dans un contexte de légifération (notamment avec la loi AGEC)  de la société et où les moyens d’informations sont multiples, il est important de communiquer de manière judicieuse. 

Voici quelques points pertinents que nous avons relevés :

  • L’humilité. Il est important de communiquer sur ce que l’on fait de bien mais il est tout aussi important de reconnaître ce qui est mal fait et ce qui pourrait être amélioré.
  • L’intervention de tiers tels usines ou fournisseurs en les faisant témoigner, et la transparence concernant sa chaîne d’approvisionnement en valorisant ses fournisseurs avec le Made In/ Made By par exemple.
  • La relation client en poussant son consommateur à mieux consommer et à assumer sa part de responsabilité avec pédagogie. 
  • Les matières en apportant des preuves notamment avec des certifications. 
  • Le packaging en développant des solutions recyclables, réutilisables. 

Nous dirons donc pour conclure qu’il faut construire sa stratégie qui amènera ensuite à sa communication : ne pas tromper le consommateur, l’inciter à consommer de manière responsable et communiquer par la preuve. 

 

  • Une autre table ronde nous a marqués : « les matières durables et éco-responsables : les alternatives véganes et végétales”.

De nombreuses matières vertueuses ont émergé, qu’elles soient véganes ou végétales avec en tête de liste : le lin ! Matière absorbante, qui tient chaud, sans électricité statique. Rappelons que la problématique du lin reste la perte de savoir-faire de la filature en France. Même si nous restons le premier fournisseur mondial de lin, nous devons encore trop souvent exporter la matière en Asie ou en Pologne et la faire revenir pour le montage. 

Qu’en est-il des matières animales ? 

À force de manifestations et de reportages, les alternatives non-animales et végétales ont connu une poussée significative. Eh oui ! Il existe des alternatives telles que le similicuir à base de raisins, champignons ou pomme. De grandes enseignes l’ont testé comme Hugo Boss avec ses chaussures à base d’ananas ou Versace avec son « cuir végan » (pour rappel, appellation interdite par la loi en France).

Il faut donc rester prudent et se référer à des labels et à des répertoires pour être certain de ce qu’on lit sur les étiquettes. 

Concernant la fourrure animale, des entreprises telles que Ecopel présente lors de cette table ronde, proposent de la fausse-fourrure éthique, végan et durable. À savoir aussi que la France s’est enfin prononcée contre l’élevage de vison ! 

Quels sont les progrès qu’il nous reste à faire ? 

Augmenter le taux de végétal dans la composition pour les produits bio-fabriqués et soutenir les végétaux biologiques qui utilisent peu d’eau. Les matières de demain sont aussi les matières recyclées. Selon une étude, nous pourrions encore vivre pendant 100 ans avec ce qui a déjà été produit ! 

 

  • Table ronde, « le futur de la mode éco-responsable » :

De nos jours, dans la mode, le prix est le nerf de la guerre. Il y a donc un vrai tiraillement entre la réalité économique et la consommation responsable notamment chez les 18-24 ans.

Heureusement le recyclage est particulièrement sous les feux de la rampe depuis 2019. Et si le coton ne peut se recycler que deux fois pour des raisons de qualité à la traction, les matières synthétiques, quant à elles, peuvent être recyclées de nombreuses fois. 

On s’intéresse aussi de plus en plus à recycler les déchets agroalimentaires et végétaux…

Saviez-vous que ce qui a été inventé pour se substituer aux matières naturelles remonte souvent à des périodes de pénuries : les premiers brevets pour la fibre de lait remplaçant la soie durant la seconde guerre mondiale par exemple ?

Toutes ces alternatives soulèvent l’intérêt de très grandes marques dans le cadre d’un cercle vertueux d’économie circulaire. 

Et si la RSE a longtemps été un département  à part, avec pour objectif de gérer les crises, elle devient aujourd’hui surtout un sujet stratégique. Et dans ce cadre, selon Philippe Ribera, Vice-Président Innovation chez Lectra, l’étape clé pour une mode éco-responsable reste la traçabilité 

You have Successfully Subscribed!

Essayez sans engagement

Offre Découvrir

Offre Pando

Nous vous remercions pour votre demande et nous vous contactons dans les meilleurs délais pour finaliser votre inscription.

X